Du 15 octobre 2005 au 15 mai 2006

Morale élémentaire

La "morale élémentaire", forme poétique inventée par Raymond QUENEAU dans un ouvrage du même nom, se définit ainsi :

  • d’abord, trois fois de suite, 3 + 1 groupes composés chacun par un substantif et un adjectif [ou un participe] avec quelques répétitions, rimes, allitérations, échos
  • puis, une sorte d’interludes de sept vers de une à cinq syllabes
  • enfin, une conclusion de 3 + 1 groupes substantif et adjectif reprenant plus ou moins quelques-uns des vingt-quatre mots utilisés dans la première partie

En voici un exemple, tiré de "Morale élémentaire" :

Soleil roux Lune rousse Étoiles blondes
Noms sphériques
Fleur bleue Métaux sûrs Horizon lustré
  Gestes lyriques
Herbe rase Cygnes immense Épervier volant
  Aigles algébriques
  Un moineau  
  dans l'ormeau
  pépie  
  Un long chant
  présent
  sur la route
  se déplie
   
  Venus verte
Soleil brun Noms sphériques Sirius lourd

L’équilibre de la morale élémentaire naît à la fois d’une symétrie et d’une grande stabilité. On jurerait voir un arbre.

Cette forme de poème est caractérisée par un certain nombre de répétitions des groupes "substantif-adjectif". C’est donc là que l’on pourra inviter une langue partenaire. Chaque groupe substantif-adjectif écrit dans une langue partenaire devra être répété symétriquement en français.